Les parachutistes de France

Mon Dieu, Mon Dieu

Donne-moi la tourmente

Donne-moi la souffrance

Donne-moi l'ardeur au combat

Mon Dieu, Mon Dieu

Donne-moi la tourmente

Donne-moi la souffrance

Et puis l'ardeur au combat (Bis)


Ce dont les autres ne veulent pas

Ce que l'on te refuse

Donne-moi tout cela, oui tout cela

Je ne veux ni repos

Ni même la santé

Tout ça mon dieu

T'est assez demandé

Mais donne-moi, mais donnes-moi

Mais donne-moi la foi

Donne-moi force et courage

Mais donne-moi la foi

Pour que je sois sûr de moi

Donne-moi la tourmente

Donne-moi la souffrance

Donne-moi la gloire au combat

Mon Dieu, Mon Dieu,

Donne-moi la tourmente

Donne-moi la souffrance

  

Patron des parachutistes, l'Archange Saint Michel terrassant le dragon.

Un texte magnifique qu’on nomme
« la prière du para ».

Ces paroles bouleversantes sont l’œuvre de l’aspirant André Zirnheld.
Combattant de la France Libre,dés l’annonce de l’Armistice, parachutiste des FFL sous les ordres du capitaine Bergé puis, à partir de mars 1942, membre du French Squadron au Special Air Service Brigade (SAS) du major Stirling.

Le 12 juin 1942, parachuté derrière les lignes ennemis en Cyrénaïque, Zirnheld parvient à s’introduire sur un aérodrome allemand et détruit au sol cinq Me-109 après avoir neutralisé la défense adverse.

Cette action lui vaut d’être recommandé pour la Military Cross.

Dans la nuit du 26 au 27 juillet, il participe à un autre raid victorieux qui permet la destruction de 37 bombardiers et avions de transport ennemis.

Le lendemain, pendant le repli, immobilisée dans le désert par une crevaison, sa Jeep est repérée et mitraillée par une patrouille de Stuka vers 7h30.

Touché à deux reprises, André Zirnheld décède de ses blessures à 13 heures, sans avoir pu être soigné.
A l’aspirant François Martin, présent à ses côtés pendant son agonie, il déclare simplement : « Je vais vous quitter. Tout est en ordre en moi ».

Premier Officier parachutiste français tué au combat, il repose aujourd’hui au cimetière des Batignolles.

C’est après sa mort, en faisant l’inventaire de ses maigres biens, que ses compagnons découvriront, dans un carnet, un poème écrit de sa main en 1938, alors qu’il était professeur de philosophie au Collège de la Mission Laïque Française à Tartus, en Tunisie.

En voici le texte original :

Je m'adresse à vous, mon Dieu
Car vous seul donnez
Ce qu'on ne peut obtenir que de soi.
Donnez-moi, mon Dieu, ce qu'il vous reste
Donnez-moi ce qu'on ne vous demande jamais.
Je ne vous demande pas le repos,
Ni la tranquillité,
Ni celle de l'âme, ni celle du corps
Je ne vous demande pas la richesse,
Ni le succès, ni même la santé.
Tout ça, mon Dieu, on vous le demande tellement
Que vous ne devez plus en avoir.
Donnez-moi, mon Dieu, ce qu'il vous reste
Donnez-moi ce que l'on vous refuse
Je veux l'insécurité et l'inquiétude
Je veux la tourmente et la bagarre
Et que vous me les donniez, mon Dieu,
Définitivement,
Que je sois sûr de les avoir toujours,
Car je n'aurai pas toujours le courage
De vous les demander.
Donnez-moi, mon Dieu, ce qu'il vous reste,
Donnez-moi ce dont les autres ne veulent pas
Mais donnez-moi aussi le courage
Et la force et la foi
Car vous seul donnez
Ce qu'on ne peut obtenir que de soi.
Prière écrite par André Zirnheld, mort au Champ d'Honneur.