Accueil
Les parachutistes de France
BLOG
Historique_Epign
InsigneEPIGN
Missions 9.11
Missions2
GSIGN
LeNouveauGign
Photos1
Photo2
Video
espacePerso
Insignes
insignesPage2
liste epign
Drakkar1
Ouvéa
Courrier

 Les missions de protection rapprochée ont vu le jour en 1986 avec la création du PPHP (Peloton de Protection de hautes Personnalités).


 Plus tard, l' EPIGN va assurer La protection des Ambassades de France et des communautés françaises à l'étranger.


  Des détachements de plus en plus nombreux et plus ou moins importants en hommes  sont envoyés sur demande des ambassadeurs lorsque ceux-ci sentent la situation se dégrader.


 L'EPIGN est intervenu au ZAIRE en 1997, au CONGO en 1997/98, au TOGO en 1991, en COLOMBIE sur plus d'une année, et dans bien d'autre pays encore.

 

 La protection ne s'arrête pas là. Sur le territoire français, l'EPIGN est sollicité pour protèger des personnalités importantes. C'est le cas pour certains ministres, le Chef d'Etat Major des armées, et certaines hautes personnalités françaises ou étrangères dont la vie est menacée.

Protection

 Le groupe d'observation recherche ( GOR ) a été crée en 1991.


 Sa principale mission est la recherche du renseignement dont la finalité sert à fournir à la justice, dans le cadre d'enquête judiciaire, un dossier de preuves supplémentaires.


 L'EPIGN est l'unité qui possède un "savoir-faire". Les moyens de l'unité offrent un déploiement de moyens en personnes comme en matériel important et adaptés aux types de missions.


 Le GOR chasse et recueil les renseignements avec des moyens sophistiqués d'observation, de filature.

Observation-Recherche

            

            La deuxième période se situe très exactement à partir du 1er janvier 1984, date à laquelle le 9/11 para est dissous. Les personnels volontaires rejoignent le camp de SATORY dans les Yvelines. La nouvelle unité prend alors l'appellation d’EPIGN (Escadron Parachutiste d’Intervention de la Gendarmerie Nationale). Elle conservera cette appellation  jusqu'en 2007, année de sa dissolution. L'unité rejoint alors le GIGN et prend cette nouvelle appellation.


             Revenons au début de l'année 1984. Les missions d'intervention et de protection vont se multiplier. La création au sein de l'EPIGN du PPHP (peloton de protection de hautes personnalités) voit le jour. Les pelotons vont se spécialisés : groupe chuteurs opérationnels - groupe plongeurs-pilotes - groupe spécialisés en techniques de montagne. Un groupe d'alerte immédiate est mis sur pied. Les entrainements s'intensifient. Voici quelques points forts de cette période

La deuxième période se situe très exactement à partir du 1er janvier 1984, date à laquelle le 9/11 para est dissous. Les personnels volontaires rejoignent le camp de SATORY dans les Yvelines. La nouvelle unité prend alors l'appellation d’E.P.I.G.N (Escadron Parachutiste d’Intervention de la Gendarmerie Nationale). Elle conservera cette appellation  jusqu'en 2007, année de sa dissolution. L'unité rejoint alors le GIGN et prend cette nouvelle appellation.


             Revenons au début de l'année 1984. Les missions d'intervention et de protection vont se multiplier. La création au sein de l'EPIGN du PPHP (peloton de protection de hautes personnalités) voit le jour. Les pelotons vont se spécialisés : groupe chuteurs opérationnels - groupe plongeurs-pilotes - groupe spécialisés en techniques de montagne. Un groupe d'alerte immédiate est mis sur pied. Les entrainements s'intensifient. Voici quelques points forts de cette période

  

Intervention

Saut de l'EPIGN sur le Mont St Michel